AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 « Certains visages restent gravés à jamais » | Adrian & Muse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité

MessageSujet: « Certains visages restent gravés à jamais » | Adrian & Muse   Sam 28 Jan - 10:49



C’était une après midi plutôt ensoleillée et j’avais alors décidé d’aller cet après midi faire un petit saut dans la piscine voulant profiter de ce soleil. Arrivant alors à la piscine, j’avais mis un bikini couleur rouge mais, finalement je m’étais posé sur les transats voulant bronzer un petit peu pour prendre des couleurs. Si j’étais venu ici c’était bel et bien pour prendre des vacances et oubliés certaines choses même si il y avait probablement des choses que l’on oublie jamais .. Comment pouvez vous expliquer cette personne que j’avais en tête déjà depuis cinq ans de ma vie, et pourtant je ne l’avais jamais revu, je n’avais jamais réussi à la revoir, c’était peut être que nos chemins n’étaient pas fait pour se recroiser un jour. Cela faisait cinq ans que je ne l’avais plus revu, je l’avais croisé une fois en allant dans un supermarché pour aller acheter du café pour mon grand père, et, nos mains s’étaient alors posés sur le même paquet, le dernier qu’il restait et le jeune homme me l’avait alors laissé. Puis, j’étais partis et maintenant je le regrettais car, je ne savais pas pourquoi mais il y avait quelque chose à cet homme que je ne pouvais expliquer mais qui m’avait fait me sentir bien durant ces quelques instants. Enfin bon, cinq ans plus tard, je ne le retrouverais plus.

Finalement, après ce petit tour à la piscine et sur les transats je m’étais dis que ce soir j’allais aller en boîte, je n’avais pas tellement envie de m’amuser même si en général je profitais pour danser, laisser aller ma passion mais aujourd’hui, je n’en étais pas d’humeur. Je décidais tout de même de rentrer là où je vivais afin de prendre une douche pour ensuite pouvoir m’habiller d’une simple robe aux couleurs noires ainsi que des chaussures pour aller avec et j’avais finalement décidé de faire un effort en me maquillant légèrement. Quand à mes cheveux, un petit passage au fer à boucler et c’était bon, même si je n’avais pas tellement la tête à sortir, j’avais fais un effort.

Par la suite, je fermais mon chez moi à clé, en prenant soin de prendre mon sac avec les affaires donc je pouvais le plus avoir besoin et me dirigeais dans la boîte de nuit. Après avoir fais la queue pour pouvoir entré, c’était vers le bar que je m’étais dirigée pour m’y installer, il y avait déjà quelques personnes mais, j’avais un siège de libre à ma gauche. « Je prendrais un cocktail avec alcool s’il vous plait » Je n’étais pas très loin de chez moi et puis bon, ce n’était pas mon genre de me saouler à n’en plus savoir marcher ni même savoir ce que je fais, surtout que je tiens bien à l’alcool, du moins ça dépends le nombre de verre. Je regardais autour de moi, il y avait certaines personnes qui semblaient s’amuser et pourtant, je me disais que c’était ce que je devais faire, après tout j’avais pris des vacances pour ça mais, pas ce soir, pas ce soir .. Je me retournais ensuite vers le barman qui venait de me rapporter mon cocktail, alors je lui adressais un sourire en guise de remerciement et en bus une gorgée. Seulement, lorsque je m’étais retourné j’avais alors sentis une présence s’installer sur la chaise de gauche, cette présence ne semblait pas aller très bien non plus, comme moi. Je ne m’étais même pas tourné pour regarder le visage de cette personne, pour voir qui c’était, un homme ou une femme mais, cela ne m’empêcha pas de lui demander une chose. « Vous semblez bien dans vos pensées, quelque chose qui vous tracasse ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

MessageSujet: Re: « Certains visages restent gravés à jamais » | Adrian & Muse   Lun 30 Jan - 19:13


    Je ne sais pas dans quel coin, continent, océan, on était, mais une chose était sur, c'est qu'il devait actuellement faire 40 degrés sur le paquebot. Non pas que je n'aimais pas la chaleur ; en fait, je n'avait jamais vraiment découvert ce climat chaleureux et lourd. Je suis un New Yorkais, un vrai. Bien qu'il m'est déjà arrivé d'aller à Miami ou Los Angeles, aujourd'hui je ressentais ce lourd climat. Aujourd'hui et pour la première fois depuis cinq ans je m'étais levé assez tard, mes paupières étaient encore lourdes tellement je m'étais assoupi un moment. Je pris mon petit déjeuné ou plutôt mon brunch, dans le restaurant du paquebot à l'étage. Puis j'avais fait un petit plongeon à la piscine et je m'étais douché. Je commençais à apprécier, ce rythme, mais je m'empêcher de ne pas m'y habituer, la vie pépère avait des vertus mais aussi des défauts .. surtout me concernant. En fin d'après midi, j'avais laissé mes doigts s'amuser avec les cordes de la guitare. L'inspiration ne m'étais de moins en moins grandiose.

    En réalité, lorsque mon inspiration était à son summum, c'est quand j'avais pour la première et dernière fois croiser ses yeux profond couleurs émeraudes. Ils m'avait foudroyés. Je l'avais chercher, et malgré mes recherches dépourvu de preuves, je la cherchais toujours. Après tout, elle était peut-être qu'une hallucination, un fantasme, un ange tombée du ciel. Mais depuis cinq ans elle avait était mon ange, grâce à elle, je revivais. Même aujourd'hui tout juste sorti d'une histoire de cœur douleureuse, rien que de penser à son visage m'aidais à ne pas sombrer. Ou presque.

    Comme chaque soir, je me dirigeai vers le bar, vêtu d'une petite chemise bleu ciel assez ouvert pour dévoiler mon torse, et d'un pantalon en toile. J'avais l'air classe mais désespéré tout de même.

    Lorsque j'étais arrivé, la salle était très peu rempli, la musique était moins pimpante plus jazz, et mon verre était encore plein. Là, la soirée commençait à prendre son envol, la salle était rempli de passagers imbibés d'alcool, moi j'avais terminé mon troisième vers de bière, une filette s'était installée près de moi, elle ne me lâchait plus depuis le début de la soirée « excuse moi petite, mais je ne fais pas dans la pédophilie, puis l'alcool ne devrais même pas t'être servie, donc ne m'en veux pas si je change de place. » L'adolescente me lança un regard assassin puis m'insulta lorsque je changeais de place, je commandais un verre de rhum, juste après une demoiselle qui était près de moi. Je n'avais pas tourné la tête, mais elle avait une belle voix « Je prendrais un cocktail avec alcool s’il vous plait » je continuais à contempler mon verre vide en attendant que ma commande arrive. « Vous semblez bien dans vos pensées, quelque chose qui vous tracasse ? » la voix à mes côtés me sortit de mes songes, avais-je vraiment l'air préoccupé ? En même temps je l'étais … « Je … Oui, je pense à une femme, une jolie jeune femme. Et vous qu'est-ce qui vous emmène ici à cette heure et surtout seule ? » ma voix se faisait calme et ailleurs pourtant je sentais que j'allais me plaire ici. Je levai les yeux vers mon interlocutrice, mais ne pus distinguer ses traits.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

MessageSujet: Re: « Certains visages restent gravés à jamais » | Adrian & Muse   Lun 30 Jan - 19:57


Sortir, par ce temps aussi chaud, et je crois bien que c’est bien la meilleure action de la journée que j’avais pu faire, enfin, la journée n’était pas terminé et puis, je n’allais certainement pas aller me coucher à 20h ou je sais quoi encore. Après tout, quel est l’adolescent, et même si je n’en suis plus une, je garde tout de même encore un petit air dans ma tête, on a tous un petit côté enfant encore chez nous, ou adolescent. Finalement, j’avais ce soir décidé de sortir en boîte, la première fois que je vais dans celle-ci, et oui, j’aimais sortir et profiter de la vie, on ne savait pas vraiment quand elle pouvait s’arrêter après tout. Ma journée ? Je l’avais alors passé dans la piscine, ou plutôt l’après midi étant donné que je ne m’étais pas levée de bonne heure, à profiter de ces degrés de chaleur, des rayons qui frappaient sur nous.

A vrai dire, si je m’étais dirigé à la piscine, c’était peut être pour pouvoir retrouver cet homme, cela faisait cinq ans mais au fond de moi je ne l’avais jamais oublié. Je ne saurais comment expliquer mais, ce que je sais c’est que chaque pas de danse que je faisais lui étais dédié, il était mon inspiration et si je devais danser pour lui, ou devant lui, je crois bien que cette danse ne finirait jamais, j’aurais tellement de chose à faire passer par mes mouvements. Pourtant, on ne pouvait pas dire que je le connais cet homme, on avait juste échangé un regard, un sourire en rapport avec ce paquet de café, et n’importe qui me dirait sûrement de laissé tombé, après tout ce n’était pas la première personne que je rencontrais comme ça par hasard. C’est bien vrai, et parfois j’en perdais courage, à ne plus le revoir, ce visage avec cette barbe mal rasée, comme si il sortait d’une dure période, comme si il venait presque que par obligation dans ce supermarché. Finalement, je me disais que si on devait se retrouver, le destin nous réunirait sur le même chemin, et je n’attendais que ça.

Après être arrivé à ce bar, je m’étais posé devant le bar et avait alors commandé un cocktail, jusqu’à ce que je sente une présence masculine à mes côtés. Je n’avais pas relevé la tête de mon verre ni rien, et ni une ni deux je me lançais alors à parler à cette présence, après tout je n’avais pas peur de parler aux autres, plutôt de nature sociable. Mais, sans même le regarder, j’avais senti que cet homme semblait un peu perdu dans ses pensées, comme si il avait perdu quelque chose d’important, ou quelqu’un et je n’avais pu m’empêcher de lui parler. « « Je … Oui, je pense à une femme, une jolie jeune femme. Et vous qu'est-ce qui vous emmène ici à cette heure et surtout seule ? » Et, ce fut avec étonnement que je pus remarqué que le jeune homme m’avait répondu, à vrai dire je ne m’y attendais pas car, ce n’était pas tout le monde qui allait répondre à une inconnue qui venait de lui aborder comme ça. Qui sait, il aurait aussi pu penser que c’était une de ces gamines en chaleur qui venait parfois afin de pouvoir assouvir à leur besoin, ce ne serait pas nouveau après tout mais je fus contente de constaté qu’il avait répondu. Désormais, je me dis que ma soirée n’allait pas être si banale, à voir. « Il faut croire que nos histoires se ressemblent, je pense à un homme que je recherche depuis plusieurs années déjà, sans succès. On ne peut pas dire que notre rencontre est des plus originales, un échange de paquet de café dans un supermarché, et pourtant, il m’apporte tant sans le savoir, je dois le retrouver. » Il faut croire que ces personnes qui disaient que de se confier à un inconnu était beaucoup plus facile car je venais de raconter mon histoire au jeune homme que pourtant je ne connaissais pas. « Je suis désolée, je m’emporte un peu » Je relevais la tête afin de pouvoir voir le visage de la personne avec qui je parlais, après tout c’était toujours mieux de savoir. Seulement, je cru, une seconde fois que mon cœur allait me lâché dés que mon regard a croisé celui de mon voisin ..
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

MessageSujet: Re: « Certains visages restent gravés à jamais » | Adrian & Muse   Mer 29 Fév - 16:28

    Son timbre de voix, sa façon de s'exprimer, m'apaisais automatiquement. Je ne savais pas qui était mon interlocutrice, je ne pouvais pas vraiment distinguer son visage dû à la lumière très faible du bar, mais sa présence m'étais étrangement familière et chaleureuse. Je sentais que cette soirée m'allait être plus originale et moins banale que d'habitude, et j'aimais ce sentiment. « Il faut croire que nos histoire se ressemblent, je pense à un homme que je recherche depuis plusieurs années déjà, sans succès. On ne peut dire que notre rencontre est des plus originales, un échange de paquet de café dans uns supermarché, et pourtant, il m’apporte tant sans le savoir, je dois le retrouver.»

    Mon cœur fit un bond. Non ce n'était pas possible, le destin ne pouvait pas être aussi clément avec moi, pas maintenant. Pas après toute ses années. Un paquet de café avait-elle dit, dans un supermarché ? Mon visage se décomposait, je tournais doucement craignant de découvrir son visage, le visage que j'avais si longtemps attendu. Peut-être que j'hallucinais, peut-être que j'attendais tellement ce moment que je la voyais de partout, que je devenais fou. Peut-être que cette jeune femme avait vécu la même expérience, peut-être que je n'étais pas l'homme qu'elle attendait. Non, non, cette histoire j'étais le seul a avoir vécu, c'était elle. C'était la belle jeune femme qui m'avait fait vibré durant cinq longues années simplement avec son regard émeraude. Lorsque mon regard croisa le sien, je savais que c'était elle. Je détournais brusquement mon regard sur mon verre et l'avalait d'une traître, l'alcool qui me brulait la gorge, me fit grimacer. « Je suis désolée, je m'emporte un peu. » Nos regards se recroisèrent une seconde fois, et cette fois, je ne pus me détacher d'elle. Elle était si … tellement … tellement elle. La femme de mes rêves. Mon idéale. Je le savais, mon cœur ne s’arrêtait plus de battre à une vitesse folle. Et l'alcool me montait à la tête aussi vite que je l'avais ingurgité. « Je … c'est pas possible. » murmurais-je dans un souffle. « Ca ne peut pas être toi ? » Je me levai de ma chaise et me rapprochait d'elle, ma main vint automatiquement caressait sa joue brulante, sans même que je ne commande mes émotions. Puis elle retombait aussitôt. « Je suis désolé. » je me rassis sur ma chaise. «  Je n'ai pas à vous toucher.  Mais … ca fait une éternité que je vous cherche. Du moins …. si vous êtes bien la fille au paquet de café, à l'angle de la 6e rue. » J'avais l'impression de parler pour moi. J'étais tellement heureux et surpris que je ne pouvais pas m'exprimer, je ne savais que faire. Je voulais lui parler, la toucher, pour toujours, mais elle me prendrait pour un fou. C'est bien ce que j'étais pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

MessageSujet: Re: « Certains visages restent gravés à jamais » | Adrian & Muse   Mer 29 Fév - 16:56

Je me trouvais dans ce bar, en compagnie d’un jeune homme que je ne connais pas pourtant, je lui avais tout de même raconté mon histoire, une histoire qui me tenait réellement à cœur. Pourtant, ce n’était pas vraiment mon style de raconter ma vie, mon histoire à une personne totalement inconnu, qui plus est je ne savais même pas à qui je parlais, je n’avais pas cherché à voir son visage. Et pourtant, la présence du jeune homme me faisait tellement de bien, je ne savais pas pourquoi mais j’aimais être là, et je savais que cette soirée allait être plutôt bonne, je ne savais pas comment elle allait continuer, ni se terminer mais, elle ne serait pas mauvaise. Et pourtant, j’avais fini par tourner le visage, par voir à qui je m’adressais et qui me répondais et là, je crois bien que mon cœur avait pour la deuxième fois, depuis ces années raté un bond. Je me trouvais là, aux côtés de cet homme que j’attendais depuis tant d’années, de cet homme que j’avais cherché, peut être sans le vouloir mais tout ce que j’avais espéré depuis ces années c’était de le revoir. Pourtant, on ne s’était échangé que quelques mots banals en rapport avec un paquet de café, rien que ça alors je ne savais même pas pourquoi je m’étais tant attachée. Je ne savais même pas ce que pouvais ressentir le jeune homme, si lui aussi m’avait cherché, enfin je me posais trop de questions, trop de questions où je n’aurais probablement pas la réponse je pense. Nos regards se croisaient et à vrai dire je ne savais même pas quoi dire, ni même que faire et apparemment lui non plus n’en revenait pas puisqu’il venait d’avaler d’une seule traite son verre d’alcool qu’il avait commandé. Je ne savais même pas comment réagir, et en même temps je ne m’étais jamais vraiment préparé à un jour le revoir, un jour revoir le visage qui m’avait tant hanté, et pourtant il avait l’air d’aller mieux que la première fois. En effet, j’avais sentis dés la première seconde où nos yeux s’étaient croisés, et ce rien qu’en le regardant qu’il devait vivre une chose pas très simple et que au final, il n’avait pas tellement eu envie de venir dans ce supermarché. « Je suis désolée, je m'emporte un peu. » Je ne lui avais rien répondu et à vrai dire je ne m’étais pas encore remise, je veux dire, de le voir ainsi la, devant moi alors que j’avais tant attendu, tant espéré et c’est alors que j’avais décidé de faire ce voyage que finalement le destin avait décidé de nous remettre sur le même chemin. « Je … c'est pas possible. » Il venait de murmurer cette phrase, et pourtant je l’avais entendu, et c’était comme si il venait de lire dans mes pensées, en effet, je me disais que c’était pas possible, que je devais être en train de rêver. Je fermais alors quelques secondes les yeux pour pouvoir les ouvrir ensuite, mais finalement je vis qu’il était encore là, je ne rêvais pas, non. « Ca ne peut pas être toi ? » Pourtant, c’était bel et bien moi, et je savais que c’était aussi le jeune homme que je recherchais depuis autant de temps, pourquoi ? Je ne savais même pas trop. Je pus alors remarqué que je n’étais pas dans un rêve quand il s’était levé pour caressé doucement ma joue, ce contact contre ma peau me fit d’ailleurs frissonner, ce n’était qu’une caresse mais pour moi, c’était énormément. « Je n'ai pas à vous toucher. Mais … ca fait une éternité que je vous cherche. Du moins …. si vous êtes bien la fille au paquet de café, à l'angle de la 6e rue. » J’avoue que si ça aurait été une autre personne alors, j’aurais certainement repoussé la main de celle-ci, ainsi que la caresse mais cette fois, je ne pouvais pas, tout simplement parce que j’avais tant attendu cet homme. J’avais aussi tant attendu ce contact sur ma peau, que je ferai n’importe quoi pour qu’il pose de nouveau sa main contre moi. « Je.. oui.. C’était bien moi, il y a cinq ans.. » Je m’étais alors rapproché du jeune homme, je ne savais que faire ni que dire mais finalement, je posais ma main sur la sienne pour ensuite prendre sa main et la poser contre ma joue, pour sentir de nouveau sa peau contre la mienne. « Non .. Si .. Vous..Vous avez le droit et je.. c’est mieux »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Certains visages restent gravés à jamais » | Adrian & Muse   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Certains visages restent gravés à jamais » | Adrian & Muse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» le plus grand virus jamais connu
» BigShow, il n'est jamais trop tard....:D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLOCATION.COM ™ :: 1ere Génération ADITO-